Il est important de comprendre que Mikao USUI utilisait des termes pour sa pratique, en lien avec sa culture bouddhiste (maître de méditation). Lorsqu’on reprend des termes d’une autre culture, il convient d’en traduire la signification pour en garder le sens, et non pas de garder le terme et de remplacer sa signification initiale par la signification d’une autre culture.

C’est le cas du terme « initiation ». Il a été sorti de son contexte bouddhiste et doté d’une signification new age, en contradiction complète avec la pratique reiki d’origine de Mikao Usui.

L’initiation telle que présentée de nos jours dans nos sociétés modernes occidentales est une croyance new age. Elle présente surtout la pratique de Mikao Usui comme quelque chose qu’elle n’a jamais été.


Fondements des initiations magiques dans le Reiki

Le fondement de la pratique dans toutes les branches reiki se situe dans l’affirmation (non vérifiable et non vérifiée) que grâce aux initiations, on peut transmettre l’énergie du Reiki en étant un canal entre une « énergie-qui-guérit-tout » et un receveur. Naturellement, non seulement ce fondement n’est pas prouvable, mais il n’existe aucun écrit de la main de Mikao USUI qui affirme cela.

Ainsi, on peut voir affirmé que l’initiation :

  • Est un rituel sacré, une grande transmission d’énergie
  • Permet de capter / canaliser / transmettre le Reiki
  • Grâce à elle, on devient canal reiki
  • Quand on est initié, c’est pour la vie… etc. etc.

Par contre, cet abus (intellectuel et/ou financier) est la pierre angulaire incontournable de toutes les formations sur le Reiki, – et peu importe la provenance et leur traçabilité (Usui Shiki Ryôhô, Usui Reiki Ryôhô, Usui ou autres…) -, pour pouvoir pratiquer et / ou enseigner le Reiki.

Nous allons bien sûr démontrer que cela est entièrement faux, et que contrairement à ce qui est affirmé, la pratique du reiki n’est pas une pratique réservée à des personnes élues, aux pouvoirs supérieurs, ni réservée aux seules personnes qui sont passées par l’initiation. C’est une pratique où tout le monde peut réussir, à condition de travailler réellement.

Le fondement « déviatif » se situe tout d’abord dans le mot « transmission ».

Dans tous ces reikis, le mot « transmission » est toujours rattaché à « transmission d’énergie », c’est-à-dire le pouvoir de canaliser une énergie extérieure (énergie universelle, du cosmos, du petit / grand univers, des anges, d’USUI, de Bouddha, de la Vierge Marie, l’énergie du reiki…) et le pouvoir de la transmettre aux autres en tant que canal…

C’est ce que nous pouvons relever sur la plupart des sites internet du Reiki, qui se vantent souvent de ce style d’exploit. Ces soi-disant initiations 1er / 2ème / 3ème voire 4ème degré sont systématiques et incontournables, et c’est grâce à ces initiations qu’il sera immédiatement, pour ne pas dire miraculeusement, possible de retransmettre l’énergie Reiki aux autres, et pourquoi pas, de se mettre à son compte entre ½ journée à 4 week-ends de « formation » contenant cette fameuse initiation, et pour devenir en si peu de temps « maître de reiki », ou encore Shihan (professeur), ou maître reiki thérapeute, maître enseignant reiki, etc.


Un énoncé marketing complètement farfelu

Ces initiations, évidemment toutes basées sur la source et l’origine du Reiki USUI, n’ont aucune légitimité sur le plan de l’éthique, car non confirmé par le fondateur. Ensuite, elles n’ont aucune légitimité en ce qui concerne le résultat sur les élèves. Pour preuve, ce que nous allons énoncer va éclaircir la pratique, mais surtout va aider beaucoup de personnes qui veulent pratiquer ou qui pratiquent le Reiki. Nous encourageons nos lecteurs à reproduire cette expérience, autant de fois qu’ils le souhaiteront, pour vérifier l’abus dont ils sont victimes dans le Reiki, à savoir que les initiations ne sont pas à la base du fonctionnement du Reiki.


Une contre-vérité vérifiable et vérifiée

Pour les personnes qui pratiquent déjà le Reiki, vous demandez à une personne qui n’a jamais pratiqué le Reiki, ni de près, ni de loin, d’être praticien. Vous lui apprenez en 20 minutes les 12 positions de base des mains sur le corps, sans aucune autre explication. Simplement lui montrer comment et où poser les mains.

Vous prenez une autre personne qui souhaite faire une séance de Reiki et qui ne connaît pas, bien sûr, la personne qui va pratiquer (à qui vous avez appris les positions des mains sur le corps en 20 minutes) ; et vous présentez cette personne comme étant professionnelle dans le Reiki… Vous laissez cette personne présentée comme professionnelle effectuer une séance de Reiki à la seconde personne, pendant environ 1 heure. Environ 1 heure plus tard, lorsque vous reviendrez, cette personne qui aura obtenu une séance de Reiki avec le praticien – nous le rappelons, qui lui n’aura pas été initié – sera aussi enchantée, touchée, autant que par un autre praticien qui aurait reçu une soi-disant initiation, par un « maître de reiki » ou un praticien / maître praticien / enseignant / maître enseignant « initié ». Vous pouvez recommencer autant de fois que vous le souhaitez, avec la même personne, ou d’autres ; vous constaterez que toutes les séances de Reiki fonctionnent de la même façon, aussi bien qu’avec une personne qui se dit « initiée » dans le Reiki et se clame « maître de reiki » (ou autre Shihan, enseignant, …), qu’avec une personne qui n’a reçu aucune initiation ! C’est d’ailleurs ce que nous avons fait effectuer à des personnes… et pu vérifier !

Cela veut dire très concrètement qu’initiation ou pas, la pratique fonctionne aussi bien… Pourquoi ? Parce que c’est l’être humain qui fonctionne naturellement de cette façon, et que le Reiki est une pratique développée par son fondateur, complètement calée sur le fonctionnement naturel de l’être humain (comme la maman qui pose la main à l’endroit du corps où le bambin vient de se cogner, et le bambin qui d’un seul coup n’a plus mal…).

Par contre, comme vous pouvez le constater, tous les tarifs et la validation des pseudos-formations annoncées sont basés sur ce postulat, à savoir que sans cette initiation par un maître de reiki / enseignant / shihan… et de préférence en lien direct avec USUI, le praticien ne pourra pas transmettre à l’autre cette fameuse énergie en la canalisant. Que c’est grâce à un maître de reiki que cette expérience « miraculeuse » peut avoir lieu, et grâce à ces initiations, vous êtes investis du pouvoir de la transmettre aux autres. Ceci peut être évidemment pris pour une belle imposture, car aucun texte de ce méditant fondateur qu’était Mikao USUI ne corrobore ces affirmations sur les initiations. De plus, aucun maître de méditation référencé (zen, tibétain, autres) ne parle de ce style d’exploit ! Si cela était possible, nous irions tous voir le Dalai Lama pour qu’il nous transmette son Eveil via une initiation (il aurait fait le travail pour nous et nous en récolterions les fruits, sans rien faire, sans aucun travail sur nous, à part lui transmettre une enveloppe pleine de billets). De plus, nous venons de prouver plus haut que sans cette initiation, cela fonctionne de la même façon.

Ce ne sont donc pas les initiations qui fonctionnent, mais bien l’être humain sur l’être humain, sans l’intervention de théories fumeuses extérieures à l’être humain ! Mikao USUI a naturellement développé une pratique à partir du fonctionnement de l’être humain (comment aurait-il pu faire autrement ?). La meilleure preuve en est le nom de cette pratique : « Reiki » dont la traduction signifie : « énergie de l’esprit » (traduction française d’un traducteur japonais assermenté auprès d’un tribunal).


L’éveil reçu en 21 jours grâce à l’énergie cosmique

Le deuxième abus est dans le même sens, de faire croire que le fondateur Mikao USUI (1865 – 1926) transmettait l’énergie grâce aux pouvoirs qu’il avait « reçus » directement du ciel par un éclair (bref, il aurait été foudroyé par un éclair d’éveil !!!) au bout de 21 jours de jeûne en méditant sur le mont Kurama au Japon. Certains disent qu’il a atteint l’Eveil !

Sincèrement, quand on connaît la méditation et qu’on a travaillé avec des grands maîtres, on sait parfaitement qu’il ne suffit pas de méditer juste 21 jours en jeûnant pour atteindre l’Eveil… même sur une montagne ! Si cela était vrai, tout le monde viendrait faire la queue à cet endroit, y compris tous les moines de tous les temples bouddhistes, ce qui leur éviterait de travailler dur et de méditer durant des années et des années.

Ces affirmations sur les pouvoirs reçus par les initiations font d’ailleurs bien rire les véritables maîtres de méditation qui eux, sont beaucoup plus humbles. Même le Dalai Lama ne peut transmettre son énergie d’éveil directement, mais l’apprenti sorcier qui a reçu une initiation en une demi-journée par un maître reiki tout aussi ignare qui a reçu la même « initiation » en amont comme formation le pourrait !

De plus, ouvrir un cabinet de consultations au bout de 1 à 4 week-ends de ce style de formation nous apparaît dangereux. Nous laissons les lecteurs méditer sur tout cela…


Aucun écrit de Mikao Usui ne corrobore ces initiations

La troisième fantaisie est de partir sur les postulats définis par toutes ces « écoles » de reiki, comme s’ils étaient les véritables postulats du fondateur, basés sur ses écrits, alors qu’il n’existe aucun enseignement écrit de la main du fondateur corroborant toutes ces affirmations fantasmagoriques sur les initiations. L’ego humain n’ayant pas de limite, le terme « initiation » a été détourné de sa signification d’origine : il ne s’agit pas d’une initiation au sens « transmission de pouvoirs magiques », mais d’une initiation au sens « découverte ». Tout comme une initiation à la guitare, qui consiste à suivre un stage durant deux jours, où l’on découvre la musique, la guitare, etc. L’initiation est une découverte de ce domaine enseigné, et non un stage qui consiste, par on ne sait quel tour de passe-passe, à savoir jouer de la guitare dès la fin du 2ème jour. Dans ce cas, la découverte de la pratique, ou initiation, consiste à recevoir la base des enseignements de musique et de guitare qui nous permet de comprendre ce que l’on fait, afin de mieux pouvoir pratiquer, pour surtout s’entraîner et pouvoir évoluer correctement dans sa pratique, et d’être un jour (après de nombreuses années de cours en plus de l’initiation), peut-être, capable de passer devant un public à la salle Pleyel, en tant que joueur professionnel de guitare. C’est la même chose pour le Reiki : suivre une initiation permet d’acquérir les bases de l’enseignement concerné, de le comprendre, et donne surtout le droit de beaucoup pratiquer avec d’autres nombreux mois d’enseignements, et s’entraîner pour être un jour capable d’accompagner des personnes dans leur mal-être, voire en détresse, par la relation d’aide qu’est le Reiki. En aucun cas, être initié dans le Reiki, par un rituel qui dure 3 minutes, permet de devenir à son tour et immédiatement « initiateur », c’est-à-dire que hop !, d’un coup de baguette magique, je deviens praticien ou grand maître de reiki, et je peux du jour au lendemain ouvrir un cabinet pour aider les autres…


La réalité : c’est l’être humain qui fonctionne, et non l’initiation

En se référant à l’expérimentation réelle d’une personne qui pose les mains d’une certaine façon sur le corps, comme nous l’avons démontré au début de ce chapitre, la pratique du Reiki est basée sur le fonctionnement naturel de l’être humain et non sur une technique magique qui devrait rendre l’être humain heureux ! C’est donc l’être humain qui est au cœur de la pratique, et non une technique magique dans laquelle l’être humain devrait rentrer…

L’initiation est donc une pure fantaisie… commerciale !

L’originalité de cette pratique est démontrée par l’expérimentation et non par des croyances non prouvées où les dérapages sont fréquents. De plus, les réactivités et les difficultés des consultants doivent être accompagnés de sens (avec des fondements humains), ce qui n’est pas le cas dans la pratique des reikis basés sur des pensées magiques qui donnent des explications engluantes et déstructurantes pour les patients, pouvant glisser sur des déviations sectaires.

Le fondement même de cette pratique est naturel. Pour preuve, si l’on examine de près les comportements humains face à la souffrance, que fait une personne qui vient de se cogner dans un meuble ? La première chose qu’elle fait est de poser sa main là où elle a mal. Lorsque le bambin tombe de vélo et se fait mal, la maman attentionnée pose la main sur le bobo et souffle avec amour, et quelques instants après, le bambin monte à nouveau sur son vélo. Le bobo est parti ou amoindri. Rien de plus naturel que la pratique du Reiki, basée sur des faits vérifiables, et non des croyances égotiques personnelles : le bobo est parti et le bambin est reparti à vélo parce qu’il va mieux grâce à l’amour et au frottement de la main de la maman… et l’énergie du cosmos ou l’énergie universelle n’y sont vraiment pour rien ! Par contre, la maman peut associer le mieux-être naturel du bambin et lui inculquer une croyance en se basant sur la réalité, ressentie, du bambin (il n’a plus mal), et en lui disant que s’il va mieux, c’est grâce à l’énergie universelle… Alors qu’il va mieux parce qu’il a ce potentiel naturel de mieux-être en lui, que l’amour et le frottement de la main de la maman lui a permis de redéclencher en lui-même. Nous savons aujourd’hui scientifiquement par la théorie du Gate Control (c’est-à-dire le stimulateur du système nerveux à conduction rapide transmises par les fibres myélinisées des nerfs de grand diamètre) qu’il est possible de réduire l’activité de ces fibres amyéliniques de conduction lente qui transmettent la douleur. Frotter la partie douloureuse est donc tout simplement un « programme » de contre-stimulation naturelle permettant de contrôler la douleur. Frotter la partie douloureuse réduit donc la douleur.

Nous remplaçons la baguette magique des initiations par ce qui est « magique » dans l’être humain, c’est-à-dire ses potentiels naturels encore appelés ses qualités d’esprit ou ses valeurs (sa profondeur de l’esprit appelée « le spirituel »), pour faire face à ses difficultés de la vie.

En conclusion, le Reiki est une pratique d’être humain à être humain et non pas des techniques dont une serait meilleure que l’autre. L’approche scientifique et spirituelle de l’esprit est la pierre angulaire de la pratique de Reiki, l’approche scientifique par la relaxation et la méditation qui, aujourd’hui, sont reconnues comme pratiques de bien-être ; et l’approche spirituelle, l’architecture interne de l’esprit contenant des potentiels naturels humains (les qualités d’esprit) qui donnent le sens profond de la vie humaine.

PS : Nous en profitons pour signaler que la partie bouddhiste dont nous parlons est la partie laïque du bouddhisme, c’est-à-dire la méditation qui aujourd’hui est validée scientifiquement, ne serait-ce que par certaines traditions laïques, telles que la pleine conscience par exemple. Christian MORTIER a d’ailleurs appelé cette partie théorique dans son cours : la psychologie méditative, et le Reiki, la force de l’esprit®.